Partenaires

CNRS Universite Grenoble Alpes UPS LaNEF INSA TOULOUSE EMFL NEXT

Accueil


Accueil du site > Présentation > Historique > Les champs magnétiques pulsés à Toulouse > Les champs magnétiques pulsés à Toulouse

English

Les champs magnétiques pulsés à Toulouse

JPEG - 11.5 ko
P. Kapitsa

C’est grâce à P. Kapitsa (photo à droite) qu’a débuté en 1924 à Cambridge la production et l’utilisation des champs magnétiques pulsés. Sous la direction de S. Askénazy, le Service National des Champs Magnétiques Pulsés a été créé au sein de l’Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse au début des années 60.

Dès ses débuts, le laboratoire était capable de produire des impulsions non destructrices et de longue durée de champs magnétiques intenses. En 1965 un banc de condensateurs de 100 kJ permettait d’atteindre des champs allant jusqu’à 40 T. Une montée en puissance jusqu’à 1,25 MJ du banc de condensateurs a permis d’obtenir des impulsions culminant à 61 T en 1987, sur une durée (montée-descente) de 0,2 s, à l’aide d’une bobine en fils de cuivre renforcés au NbTi. En parallèle, des impulsions de 46 T, d’une durée totale de 1 s, pouvaient être générées à l’aide de bobines de cuivre.

Au début des années 90, le Laboratoire National des Champs Magnétiques Pulsés (LNCMP) fut créé, devenant une Unité Mixte de Recherche du CNRS associée à l’Institut National des Sciences Appliquées et à l’Université Paul Sabatier de Toulouse. Le laboratoire s’équipa alors d’un générateur de 14 MJ et, grâce au développement de conducteurs "haute contrainte" en cuivre renforcé à l’Inox, devint capable de produire des impulsions de plus de 60 T.

Le 1er janvier 2009, le LNCMP est devenu le Laboratoire National des Champs Magnétiques Intenses de Toulouse (LNCMI-T), suite à sa fusion avec le Laboratoire des Champs Magnétiques Intenses de Grenoble (LCMI ou GHMFL), la nouvelle entité LNCMI étant une Unité Propre de Recherche (UPR 3228) du CNRS.

En 2012, un palier technologique a été franchi au LNCMI-T grâce à une nouvelle génération d’aimants permettant de générer des champs magnétiques pulsés longue-durée de plus de 80 T.


Pour plus de détails :

State of the art and developments of high field magnets at the “Laboratoire National des Champs Magnétiques Intenses”, C.R. Physique 14, 2 (2013).